Nous soutiennent :

Yann Minder

24h Birse

Rue Principale 12

2735 Bévilard

infos@24hbirse.com

  • Instagram

Introduction

Un mythe ne s’éteint jamais, traversant et marquant les âges de son pouvoir intact à fasciner celles et ceux qui croient en lui. Cette définition quelque peu homérique pose pourtant bien le décor de cette compétition unique que sont les 24 Heures de la Birse. Une journée entière d’effort, à lutter de jour comme de nuit, afin d’avaler la distance la plus élevée sur le parcours tracé entre forêt et pâturages des hauts de Reconvilier. L’énoncé est immuable, mais le défi dantesque. Ce sont 24 heures au bout de soi-même, 1440 minutes à repousser l’épuisement lorsque le coup de pédale se fait lourd, 86'400 secondes à réaliser un véritable exploit d’abnégation, un accomplissement dont nul ne saurait revenir sans ressentir la fierté de « l’avoir fait ». Car oui, au-delà de quelque classement ou compétition, chacun ressort de cette course vainqueur de son propre combat, de sa lutte contre soi-même. Franchir la ligne, c’est s’approprier une partie de ce mythe régional, participer à l’une des compétitions ayant forgé l’essence du VTT dans notre vallée.

Adeptes de cyclisme depuis de nombreuses années, nous avons pris part à cette course et y avons vécu sa magie et son atmosphère si particulière. Elle ne ressemble en rien à toute autre épreuve organisée dans le Jura bernois, offre une incomparable vitrine pour le vélo régional, tout en restant accessible à chacun. Que ce soit en solo ou dans les catégories fun, les participants luttent avec un remarquable esprit de fair-play, respectant systématiquement le niveau et les objectifs de leurs adversaires. C’est pour ces raisons que, alors que je couchais les dernières lignes de l’article annonçant la fin de cette compétition, nous avons décidé avec mon frère de nous lancer ce pari un peu fou. Je ne pouvais pas assumer être celui qui, en étant le dernier à écrire sur le sujet pour le journal du Jura, refermerait le grand livre des 24h VTT de la Birse. Nous avons donc ouvert ce nouveau chapitre, prologue d’une saga qu’il nous reste désormais à écrire.